Heures d’ouverture: Lun – Dim 8h- 20h

5 Le Hamel – Vittefleur 76450

Appelez-nous: 06 80 06 67 00
02 35 57 07 24

Logo label agriculture biologique
Logo label Ecocert

Qui sommes-nous?

« LES JARDINS DE L’HERMITINE »

Dominique & Vincent CAVELIER

Maraîchage biologique

Le Hamel – VITTEFLEUR

Qui sommes-nous ?

   Nous sommes Dominique & Vincent CAVELIER. Nous habitons le hameau du Hamel, sur les bords de la rivière « La Durdent », à VITTEFLEUR.

Depuis trois générations au moins, notre famille cultive les terres maraîchères limoneuses de la vallée. A la fin du 19ème siècle, nos grands-parents, Charlotte et Charles FOLAIN se lançaient dans le jardinage sur des terres de plaine au hameau de Janville à PALUEL, pendant que Marthe et Auguste LEDOUX s’attachaient à développer la culture légumière dans la vallée.

C’était l’époque où les petites villes et les grands centres urbains de notre région vont voir leur population s’accroître et les besoins en légumes se faire sentir.

Pour des raisons de facilité du travail de la terre et un meilleur accès à l’eau pour l’arrosage, Charlotte et Charles FOLAIN arriveront à VITTEFLEUR dans les années 20 où ils exploiteront quelques hectares de cette terre très riche dans le hameau du Hamel, entre VITTEFLEUR et CANY.

Ils cèderont leur activité à l’âge de la retraite en 1954 à leur fils Julien qui s’unira entretemps à l’une des filles de Marthe & Auguste LEDOUX : Lucette. Avec l’apparition des moyens modernes de transport, le ménage s’équipera d’un camion pour permettre de livrer les légumes frais vers ROUEN notamment où ils effectueront deux ou trois fois par semaine la vente sur la Place du Vieux Marché.

Le départ se faisait le soir vers 11 heures pour une arrivée à ROUEN deux heures plus tard, la vente aux commerçants rouennais se déroulant la nuit.

Aujourd’hui et ce, depuis 1991, Dominique, la fille de Julien et Lucette, et Vincent, exploitent depuis 1991 « Les jardins de l’Hermitine » dans le cadre de l’E.A.R.L « L’Hermitine ». Ils ont largement développé la vente des légumes en direction des grossistes de notre région.

En 2012, l’E.A.R.L « L’Hermitine » sera repris par Aurélie CHARDIN qui exploitera les terres pendant 3 années pour innover dans la culture biologique. En avril 2015, nous avons repris l’entreprise.

L’établissement est désormais certifié AB par ECOCERT et l’objectif est de proposer tout au long de l’année et selon les saisons la large variété de légumes qui poussent en vallée de Durdent.

 

POURQUOI CE JOLI NOM « Les jardins de l’Hermitine » ?

 

L’appellation « Les jardins de l’Hermitine » est un clin d’oeil au patrimoine de VITTEFLEUR et à cette usine qui se situait non loin de l’exploitation maraîchère et qui a mené une activité jusque dans les années soixante.

Ce fut à l’origine, au 19ème siècle, un moulin, le moulin SOUDAY, installé sur les bords de la Durdent. On y produisait de l’huile à partir des oléagineux cultivés sur les plateaux environnants.

C’est en 1896, lors de la vente de l’usine, que fut effectué le dépôt de la marque « L’Hermitine » par la Société Française du Procédé Hermite, du nom de son inventeur, un certain Monsieur HERMITE .

On y produisit pendant plusieurs décennies une excellente eau gazeuse sous l’appellation «  Vittefleur-Source », à partir d’une source coulant au pied du bâtiment dont on peut encore voir les images sur des cartes postales d’époque.

Avec la Première Guerre mondiale l’usine a diversifié ses productions avec la mise au point et la commercialisation de produits antiseptiques pour soigner les blessés du front, produits proposés aux hopitaux militaires. D’autres produits furent ensuite mis au point et vendus sous les noms de : l’Hermitine, le Thalassol, l’Hermitol, produits fabriqués à partir de l’électrolyse de l’eau de mer récupérée à Veulettes. Il s’agissait de désinfectants, désodorisants et antiseptiques pour détruire les microbes, bactéries et germes.

L’usine a cessé son activité dans les années 50, victime de la concurrence. Elle fut rachetée par la S.T.E.P. (Société de transformation et d’exploitation du poisson) ayant pour vocation le traitement des invendus de poisson et leur transformation en farines.

C’est dans les années 60 que s’arrêta définitivement de fonctionner cette usine avant que le bâtiment ne soit démoli en 1979 .

Il ne reste plus aujourd’hui de trace de ce  bâtiment que les chutes d’eau et les murs le long de la Durdent, conservés précieusement par Dominique & Vincent CAVELIER comme trace patrimoniale de l’histoire locale de VITTEFLEUR.